Prendre soin de ses pieds, c’est important

Pratiquer régulièrement une activité sportive, c’est top… sauf pour nos pieds ! Alors histoire de ne plus craindre de les montrer durant l’été, on adopte les bons réflexes pour les ménager avant et après l’effort.

Eté comme hiver, les pieds des sportifs, hommes ou femmes, sont souvent mis à rude épreuve. Lorsqu’ils sont enfermés dans des chaussures de sport ou de randonnée, ils subissent des chocs et des frottements à répétition ainsi que des phénomènes de macération. Or la plupart des sports sollicitent le pied à un degré plus ou moins important.

Même lorsque les pieds sont à l’air libre comme c’est le cas à la piscine, d’autres soucis peuvent survenir. La prévention est essentielle pour éviter que les véritables problèmes s’installent : inconfort, gêne, douleur, souvent associés à un aspect peu esthétique. Elle passe évidemment par l’achat d’un matériel adapté et de qualité, à savoir de bonnes chaussures et des chaussettes protectrices mais pas seulement. Pour faire face aux mycoses, ampoules, callosités et autres désagréments, un seul mot d’ordre : ne pas attendre mais prévenir et traiter aussi rapidement qu’efficacement à l’aide de produits et de cosmétiques ciblés afin de conserver un joli pied toujours d’attaque pour pratiquer son activité favorite.

Que faire et craindre  pour ses pieds selon les sports pratiqués ?

A la piscine, dites non aux mycoses !

Si la natation est un sport doux sachant ménager le corps et les articulations, son environnement chaud et humide favorise la prolifération des champignons.

Conséquences : L’onychomycose (souvent plus connue sous le terme « mycose des pieds ») atteint les ongles des orteils. L’infection se traduit par une décoloration, un jaunissement et des taches blanches. L’ongle s’épaissit et devient difficile à couper jusqu’à devenir douloureux. (Tous les problèmes de peaux sont à surveiller, aussi bien sur les pieds, que sur le corps, notamment les mycoses vaginales, alors pensez-y !)

Les bons réflexes à avoir

  • On se rince les pieds puis on les sèche entre les orteils avant de vaporiser une lotion en antimycose sur la peau et dans les chaussures.
  • Comme la peau est ramollie par l’eau et donc fragilisée, on évite d’enfiler des chaussures étroites ou serrées pour ne pas abîmer ses pieds.
  • Quotidiennement, on s’assure une peau saine grâce à une crème ou une poudre antibactérienne contenant un actif myco-préventif à appliquer entre les orteils et sous la plante des pieds.
  • Lorsque la mycose s’installe, on n’attend pas pour traiter à l’aide de produits spécifiques (en pharmacie). Il est également possible de recourir à de l’huile essentielle de girofle (1 ml) mélangée à 5 ml d’huile végétale de ricin. On applique 2 gouttes 3 fois par jour sur l’ongle.

Stop aux callosités créées lors des sports collectifs

Tennis, squash, badminton, handball, basket, danse… Les arrêts-braquages dans la chaussure et les sautillements sollicitent encore plus les pieds.

Conséquences : La corne (sous le pied), le durillon (sous le pied), le cor (sur les orteils) ou l’œil de perdrix (entre deux orteils) sont des zones où la peau s’est épaissie par réaction de défense face aux frottements. Cet épaississement trop important est gênant voire douloureux (crevasses).

pied-abimeLes bons gestes à faire

  • On ne cède pas à la tentation de poncer car cela encourage la peau à se durcir.
  • On utilise plutôt une râpe munie de lames, ou une râpe en céramique ou en verre, et surtout pas de pierre ponce brute, afin de retirer la corne sans être agressif, une fois par semaine, sur la peau humide et ramollie par la douche ou le bain.
  • On applique une crème à l’action kératolytique (exfoliation chimique) à base d’urée qui présente l’avantage d’être à la fois un hydratant et un exfoliant hors pair.
  • On l’applique le soir au coucher, et on enfile des chaussettes afin de multiplier l’efficacité.

Et la course à pieds alors ?

Un jogging, c’est 400 fois le poids du corps supporté par les pieds. Même si le déroulement du pied dans la chaussure reste régulier, les dégâts s’installent en général très rapidement.

Conséquences : Les ampoules surviennent à cause de la friction du pied contre la chaussure ou du frottement des orteils les uns contre les autres. Avant qu’une ampoule se forme, on ressent une irritation, une démangeaison ou une sensation de cuisson sur la zone touchée. Puis, une poche remplie de liquide se forme.

Les bons réflexes à adopter

  • On adopte des chaussettes et des chaussures bien adaptées à ses pieds.
  • On hydrate régulièrement avec une crème nourrissante pour les pieds, sans oublier le talon une fois par jour, de préférence le soir au coucher pour ne pas glisser sur le sol.
  • Pour la randonnée, la chaussure se choisit non pas en fonction du pied mais du terrain ! Elle est plus raide et rigide. On enfile donc des chaussettes épaisses en synthétique que l’on change tous les jours.
  • Sur une ampoule, on applique un pansement hydro-colloïde qui protège, soulage et accélère la cicatrisation.
  • Lorsque l’ampoule est trop douloureuse, on la perce avec un petit ciseau en découpant une fente en triangle, puis on traite avec du mercurochrome ou de l’eau iodée et un pansement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *